Close
Type at least 1 character to search

Philippe Piguet, « Claire Chesnier, la peinture fluide » ( fr | en )

PHILIPPE PIGUET | SEPTEMBRE 2013

 

Elle est peintre et sa peinture se donne à voir, comme elle dit, « dans une double fragilité : celle de la porosité du papier et de la fluctuation des encres d’une part, celle du retrait de la touche et de l’avancée du “geste de la couleur” (Marc Devade) d’autre part ». Ils sont rares les jeunes artistes comme elle qui citent cette figure phare de Supports-Surfaces trop tôt disparue.

Elle est peintre et le revendique avec force, passion et conviction. Originaire de Clermont-Ferrand, née en 1986, Claire Chesnier, qui a notamment travaillé autour du concept théorique de « revoilement », ne cache pas son intérêt pour la peinture abstraite américaine.

Si Ellsworth Kelly et Agnès Martin ont ses faveurs, Blinky Palermo et Shitao, le peintre chinois du XVIIe siècle, tout à la fois calligraphe et poète, aussi. C’est dire si tout ce qui est de la lenteur, de la liquidité, d’un rapport physique et méditatif à la peinture lui convient. Ses peintures procèdent d’ailleurs d’une longue et patiente élaboration, dans l’application des couches et l’écoulement de l’encre. Au travail, Claire Chesnier peint toujours en musique, baroque de préférence ; cela l’aide « à appréhender l’expérience picturale », dit-elle encore. C’est qu’il y va chez elle d’une sorte de géologie et de sédimentation qui l’oblige à donner beaucoup d’elle-même pour mieux révéler la peinture à sa propre incarnation. Lauréate 2013 de Yishu 8, la Maison des arts de Pékin, elle y est actuellement en résidence. On imagine facilement qu’elle s’y trouve bien et que son travail va y gagner une nouvelle expérience.

 

© Philippe Piguet
inL’Oeil, n° 660, septembre 2013.

Philippe Piguet, « Claire Chesnier, the fluid painting »

PHILIPPE PIGUET | SEPTEMBER 2013

 

She is a painter and her painting appears, as she said, “within a double fragility : that of the porous surface of the paper and the fluctuation of the inks on one hand, and that of the retreat of the brushstroke and the coming forth of the « movement of the colour” (Marc Devade) on the other hand.” Young artists are rare to quote as her this leading figure of Supports-Surface too early disappeared.

She is a painter and claims it with strenght, passion and conviction. Native of Clermont-Ferrand, born in 1986, Claire Chesnier who, besides, has worked on the theoretical concept of “revoilement (re-veiling)”, does not hide her interest for the abstract american painting.

If Ellsworth Kelly and Agnes Martin find favour with her, Blinky Palermo and Shitao, the chinese painter of the 17th century, both calligrapher and poet, too. That goes to show how much the slowness, the liquidity, the physical and meditative relation to the painting suit her. Furthermore, her paintings proceed in a long and patient elaboration, in the application of the layers and the flows of the ink. While working, Claire Chesnier always paints in music, preferably baroque ; that helps her to “grasp the pictural experience”, she adds. Her work involves a kind of geology and sedimentation which makes her investing herself a lot to better reveal the painting at its own incarnation. Winner of the Yishu 8 2013 Prize, she is actually resident of the House of Arts of Beijing. We can easily imagine that she is at ease there and that her work will get a new experience.

 

© Philippe Piguet
inL’Oeil, n° 660, september 2013.