Close
Type at least 1 character to search

Léa Bismuth, « Claire Chesnier » ( fr | en )

LÉA BISMUTH | AOÛT 2012

 

Depuis cinq ans, Claire Chesnier obéit à une contrainte qu’elle s’est donnée : elle se contente de faire apparaître une forme colorée aux contours nets dans l’espace blanc de la feuille de papier. Par ce geste – qui est avant tout un « revoilement », un recouvrement de la surface par un voile coloré – elle entre dans un dialogue avec la fluidité de la couleur, de la « peau » épaisse et immaculée du papier, faisant de chaque coup de brosse l’instant d’une tension, entre intensité, amplitude, maîtrise et laisser aller du geste de la main et du bras. A partir de là, tout est possible, et il y a bien une dialectique qui s’installe : la présence de la forme suspendue au milieu d’une sorte de néant – telle une découpe posée sur un socle parfaitement défini – entre en contradiction, en conflit peut-être, avec ce qui se passe à l’intérieur de cette forme, jusque dans les profondeurs du tissage velouté du papier qui se gorge des encres diluées. Pour l’artiste, il s’agit là d’une mise en relation entre l’ « autorité » des bords et l’ « écoute » des infinis possibles qui se déploient à l’intérieur de cette même forme. Et c’est de cette manière que le spectateur entre dans la matière : son regard se perd dans les dégradés aquarellés ; il fait une expérience perceptive et phénoménologique de la peinture, pour reprendre le vocabulaire de Merleau-Ponty. Fidèle à la tradition minimale, Claire Chesnier cite Ellsworth Kelly ou Joseph Albers à qui elle emprunte d’une belle manière l’idée de variation, comprise comme répétition de la différence.

 

© Léa Bismuth
Texte de l’exposition Jeune Création, Le CentQuatre, Paris, 2012.

LÉA BISMUTH | AUGUST 2012

 

For five years, Claire Chesnier has obeyed a constraint that she gave herself : making a colored shape coming out of the white surface of the sheet of paper. With this gesture – which is first of all a “re-veiling”, a recovering of the surface with the help of a colored veil – she initiates a dialogue with the fluidity of color, of the thick and immaculate “skin” of paper – making each brush stroke the moment of a tension, between intensity, amplitude, mastery and the freedom of the gesture of the arm and the hand. From there, everything is possible and there is for sure a dialectique that settles itself : the presence of the shape suspended in the middle of a kind of void – as a cut performed on a perfectly defined base – enters into contradiction, into a conflict maybe, with what happens inside that shape, until the depth of the velvet weaving of the paper which becomes saturated with the diluted inks. For the artist, that is about creating a relation between the “authority” of the edges and the “listening” of the infinite possibilities spread inside this same shape. And it is that way that the spectator enters into the material : his look is lost into the watercolored gradations ; he goes through a perceptive and phenomenological experience of the painting, quotting from Merleau-Ponty’s vocabulary. Staying true with the minimal tradition, Claire Chesnier quotes Ellsworth Kelly or Joseph Albers from whom she takes in a beautiful way the idea of variation, understood as the repetition of the difference.

 

© Léa Bismuth
Text of the exhibition Jeune Création, Le CentQuatre, Paris, 2012.